nothing received yet
Ultraschallbilder
33 raisons d’avoir un bébé

Conséquences possibles d’un avortement

 

PAS («Post Abortion Syndrome» – syndrome post-abortif)

 

On entend toujours par syndrome un très petit groupe de symptômes typiques pouvant être attribués spécifiquement à un traumatisme défini ou à une blessure. Si nous énumérons ici les séquelles possibles d'un avortement (PAS), cela ne signifie pas que les femmes vont forcément souffrir de tous ces symptômes après un avortement. Mais il s'agit d'observations significatives auxquelles les spécialistes peuvent être confrontés chez nombre de femmes qui ont avorté.

 

Un tabou en psychiatrie?

 

Le PAS en tant que tel est encore absent du registre ADM (Aide médicale au diagnostic) de la psychiatrie. Le SIDA ou la maladie de Creutzfeld-Jakob sont aussi des maladies qui ont existé avant d'être tout à fait reconnues par la science. Mais il y a problème lorsque la science contribue à installer des tabous. Les femmes doivent pouvoir exprimer leur tristesse et s'en sortir dans leur vie, sans avoir le sentiment obligé que cela est contraire à l'opportunité politique. Lors de fausses-couches, aujourd'hui, les professionnels concernés et la société réagissent avec de plus en plus de sensibilité aux besoins des femmes et de leurs partenaires. On aménage le temps et les possibilités permettant le deuil de ces enfants. Depuis peu, on permet même des sépultures dignes des circonstances. Alors, pourquoi les femmes ne pourraient-elles pas aussi faire le deuil de leurs enfants avortés? Pourquoi doivent-elles se plier à la pression sociale et tout simplement ne pas parler de ce qui leur arrive?

Voir à ce sujet également ici.

 

Liste des symptômes possibles du PAS

 

Un avortement ne représente aucunement une intervention anodine dans le fonctionnement naturel de l'organisme féminin. Selon la situation personnelle de la femme apparaissent des séquelles purement organiques qui sont considérables et peuvent aller du phénomène psychosomatique jusqu'à des pathologies psychiques.

 

I. Séquelles corporelles (somatiques)

(mais n'étant pas répertoriées comme PAS à proprement parler)

1. Complications précoces de l'avortement

 

  • Blessure de l'utérus
  • Saignements
  • Suites infectieuses

 

2. Complications tardives

 

  • Végétations dans l'abdomen
  • Menstruations déréglées
  • Stérilité d'origine non-organique
  • Problèmes lors de grossesses ultérieures, p. ex. tendance accrue aux fausses-couches, aux naissances prématurées; augmentation de la mortalité périnatale de l'enfant (pendant et après l'accouchement); augmentation du taux de grossesses tubaires des trompes ou de grossesses extra-utérines

 

II. Séquelles psychosomatiques possibles

 

  • Troubles fonctionnels de l'abdomen (c.à.d. sans cause organique directe)
  • Perturbation dans le comportement sexuel (p.ex. troubles de la libido, de l'orgasme), rapport sexuel douloureux (dyspareunie, frigidité)
  • Migraine
  • Troubles du sommeil (avant et pendant), cauchemars

 

III. Séquelles psychiques possibles

 

  • Pleurs injustifiés, incontrôlés
  • Anxiété
  • Cyclothymie, humeur changeante
  • Signes de faiblesse nerveuse, p. ex. sudations, tremblements, rougissements, pâlissements, nervosité
  • Agitation et tension, hyperactivité
  • Problèmes de concentration et de mémoire
  • Dépression
  • Sentiments de honte, de remords et de culpabilité
  • Idées noires [=de suicide]
  • Sentiment d'abandon et de vide intérieur
  • Extinction de la vie affective («sensibilité de robot»)
  • Impression de solitude, d'exclusion et d'isolement
  • Impression d'indifférence émotionnelle
  • Impression d'être damnée, ou souillée au regard de la relation à une puissance supérieure ou aux autres êtres humains
  • Complexe d'infériorité
  • Auto-agression (ongles rongés, grincements de dents, grattages)
  • Abus d'alcool, de médicaments, et usage de drogue
  • Réactions inadaptées lors de bruits rappelant le curetage par aspiration (p. ex. bruits d'aspirateur)
  • Souvenir récurrent et intrusif de l'avortement
  • Avortements multiples (répétition forcée)
  • Réactions instinctives inadaptées, à la vue d'une femme enceinte ou d'un nourrisson
  • Résistance instinctive accrue lors d'examens gynécologiques
  • Peur d'un «châtiment» par une maladie grave ou des accidents touchant ses autres enfants (syndrome de Niobé)
  • Troubles dans le couple ou la relation
  • Haine et dégoût de la sexualité
  • Fureur et haine vis-à-vis du père de l'enfant, du médecin avorteur, des hommes en général
  • Sentiment d'impuissance face aux enfants nés par la suite, tendance aux mauvais traitements
  • Sentiment de perte de l'autorité parentale vis-à-vis des autres enfants

 

IV. Tendances à la réparation

 

  • Engagement marqué dans le combat contre l'avortement ou dans d'autres organisations pour la protection de la vie (p. ex. organisations pour la protection de l'environnement, de l'enfance etc.)
  • Engagement social marqué (p. ex. prendre un enfant en nourrice, désir d'adoption)
  • Peu après l'avortement, nouvelle grossesse: le nouvel enfant est un «succédané» à l'enfant perdu
  • Comportement excessivement protecteur vis-à-vis des enfants naissants par la suite
  • Autres formes du conflit lié à l'avortement (tenue d'un journal intime, rédaction de poèmes, de livres, de lettres...)

 

(Cette liste ne prétend pas être exhaustive. Elle a été établie par l'Association Mamma utilisant des éléments réunis par le groupe d'entraide Rachel.)

Au cas où vous constateriez pour vous-même un ou plusieurs des symptômes figurant ci-dessus et auriez besoin d'aide pour surmonter votre souffrance à la suite d’un avortement ou d’une fausse-couche, adressez-vous à helpline(at)asme.ch. Vos demandes seront traitées dans la confidentialité la plus absolue. Les conseillères de l’Aide suisse pour la mère et l’enfant (ASME) vous mettront en contact, selon ce que vous souhaitez, avec des groupes d’entraide ou des spécialistes qui vous soutiendront dans votre effort et votre deuil, concernant tout ce qui touche à la perte de votre enfant à la suite d’un avortement ou d’une fausse-couche. Pour d’autres offres d’aide: asme.ch

 

 

Cinq étapes pour guérir les blessures de l’avortement

 

Manfred M. Müller, rédacteur en chef de la revue Medizin und Ideologie («Médecine et idéologie») d’une association de médecins pro-vie en Europe germanophone, est l’auteur d’un petit livre de 40 pages, Fünf Schritte – die Heilung der Abtreibungswunden («Cinq étapes pour guérir les blessures de l’avortement»); il y met en lumière les manières de guérir le «Post Abortion Syndrome» (anglais, abrégé en «PAS»). Trois questions à ce spécialiste de littérature, qui est aussi théologien.

mamma.ch: Monsieur Müller, quelles attitudes doit-on éviter avec les femmes qui ont avorté?

Manfred M. Müller: Premièrement, les jugements de ceux qui savent tout, et deuxièmement, tout aussi dévastateurs, les propos lénifiants à tout-va. Et voici pourquoi. Aucun d’entre nous ne connaît l’histoire des femmes qui avortent, ni des hommes. Quelles blessures y a-t-il dans leur vie? Quelle panique les a donc pris, les poussant à ce court-circuit mortel qu’est l’avortement? Quels étranglements ou quels égoïsmes ont-ils finalement été les mobiles décisifs? Pour autant, on ne saurait en conclure qu’il faut minimiser l’avortement. La femme, ou l’homme, savent bien, au fond, que leur décision est erronée.

À quelles résistances les femmes sujettes au PAS doivent-elles renoncer pour regarder vers leur guérison?

Le refoulement, la projection et la justification. Le refoulement peut être tellement violent qu’une femme se souviendra certes d’autres opérations, mais pas d’un avortement pourtant antérieur d’un an seulement. La projection désigne le fait de reporter sur d’autres sa propre responsabilité. La justification, enfin, utilise l’offensive: on défend, on approuve haut et fort l’avortement, en bloquant d’emblée toute confrontation avec le vécu.

Quelles étapes de guérison font-elles qu’une femme sujette au PAS revit?

1. La femme dit oui à sa souffrance. Cette souffrance n’est pas dissimulée ou refoulée. La femme avoue que cette souffrance est liée à l’avortement.

2. La femme appelle par son nom ce qui s’est passé. L’avortement n’est pas une interruption de grossesse, mais le meurtre de son enfant.

3. La femme avoue sa faute. Il se peut qu’elle ait été soumise à d’importantes pressions lorsqu’elle a accepté d’avorter. Mais il est nécessaire que la femme avoue qu’elle est elle aussi responsable de l’avortement.

4. La femme souhaite la réconciliation. Réconciliation avec son enfant tué. Réconciliation avec les êtres qui l’ont poussée à l’avortement. Mais aussi réconciliation avec elle-même, et réconciliation avec Dieu, Créateur de la vie – par la repentance et l’aveu.

5. La femme choisit la vie. Au cours de l’avortement, on a éteint la vie d’un enfant à naître. Maintenant, la femme comprend que la vie est un cadeau – elle choisit maintenant la vie, qu’autrefois elle a niée.

 

Vers le haut

 

Vidéos recommandées

Un génie presque avorté

Ce court-métrage, une réalisation professionnelle, repose sur des faits réels. Il se situe au 18e siècle. Une femme enceinte est au bord du gouffre. Son enfant est lui aussi menacé d’anéantissement… Mais on n’en arrive pas là. Et, malgré une naissance difficile, la mère peut finalement dire un Oui sincère à son enfant; ou, pour parler avec les mots du film: elle réussit «à prendre les fausses notes» pour «en faire le début d’une nouvelle mélodie». – Langue: allemand, sous-titres anglais – Image agrandie, meilleure résolution: cliquer sur le logo YouTube (lien vers la page YouTube) – Source: crescendomovie.com

L’enfant avorté aurait eu son anniversaire

C’est une pensée qui poursuit beaucoup de femmes après un avortement: «Que serait-ce, si mon enfant vivait encore?» Dans le court-métrage «Aaron», une jeune femme est aux prises avec cette question le jour qui aurait dû être l’anniversaire de son fils avorté: elle s’imagine passant la journée avec lui sur le terrain de jeux. Le moment le plus fort de cette vidéo arrive quand la femme, seule sur un banc, entend chuchoter la voix d’un petit garçon: «Je t’aime, Maman, et je te pardonne.» – Langue: anglais – Image agrandie, meilleure résolution: cliquer sur le logo YouTube (lien vers la page YouTube) – Source: lifesitenews.com

«Maman, je veux raconter ce qu’est vraiment l’avortement»

Le court-métrage «To Be Born» («Naître») parle d’une jeune femme confrontée à une grossesse non planifiée et ayant l’intention d’avorter. En pleine intervention, elle se retrouve dans une situation pénible: elle entend sa fille à naître, qui commence de décrire les détails bouleversants de ce qui est à cet instant en train de se passer pour elle. – ATTENTION: Ce film comporte des séquences susceptibles de ne pas convenir à des mineurs et personnes sensibles. – Langue: anglais – Image agrandie, meilleure résolution: cliquer sur le logo YouTube (lien vers la page YouTube) – Source: tobeborn.com – Commentaire: Court-métrage en partie difficile à supporter, mais témoignant d’un vrai professionnalisme.

«La chair de ta chair»

Clip vidéo rap «Dis Fleisch und Bluet» (La chair de ta chair) – Stego feat. Cesca – Langue: suisse-allemand – Image agrandie, meilleure résolution: cliquer sur le logo YouTube (lien vers la page YouTube) – Source: stego.ch