nothing received yet
Ultraschallbilder
33 raisons d’avoir un bébé
Actualités21.11.2019

Horreur: l’avorteur collectionnait les cadavres de 2411 enfants à naître

Tous conservés individuellement, emballés dans du plastique et annotés

Devant le domicile du Dr. Klopfer.

Les enquêteurs devant le domicile du Dr. Klopfer. (© Image: Twitter)

Le Vice-président US Mike Pence twitta, le 16 septembre 2019: «la découverte effroyable (…) au domicile (…) de l’avorteur, le Dr. Klopfer, est horrible et devrait ébranler la conscience de chaque Américain.» Et: «Ses actes doivent être examinés rigoureusement et complètement. Les restes de ces enfants à naître doivent être traités avec dignité et respect.» – Mamma.ch résume ci-après l’état de la couverture médiatique environ deux mois après l’effrayante découverte.

C’est dans l’aire métropolitaine de Chicago que tout s’est produit. Le Dr. Ulrich Klopfer, médecin avorteur, est mort le 3 septembre 2019 à l’âge de 79 ans. Comme ont coutume de le faire les proches, sa femme et la sœur de celle-ci fouillèrent ensuite les affaires qu’il laissait. Le défunt appartenait à la catégorie des collectionneurs chaotiques («syllogomane»). Toutes les pièces de sa maison (sauf celle de sa femme) étaient remplies de journaux et de fatras. Dans le garage aussi, le Dr. Klopfer avait entassé des boîtes en carton, de sorte qu’aucune auto ne pouvait y trouver place. Tout le monde supposa que tout cela ne pouvait être que des effets inutiles. L’épouse n’avait pas pénétré dans le garage depuis 25 ans. Mais alors, ce fut le grand choc!

 

AUCUN INDICE SUR LA CAUSE. Les proches découvrirent, dans les cartons du garage, les cadavres d’enfants à naître – enveloppés individuellement dans du plastique soudé. Recourant aux diligences d’un avocat, ils s’adressèrent au service des enquêtes, le 12 septembre. Dans 71 boîtes en carton, la police constata la présence d’un total de 2246 cadavres. Vu le minutieux étiquetage, il devint clair que le Dr. Klopfer devait avoir tué ces bébés par avortement dans les années 2000 – 2002. Dans les trois cabinets où avait exercé ce médecin avorteur, les enquêteurs ne trouvèrent pas d’autre cadavre – mais ensuite, ils en découvrirent encore 165, le 9 octobre, dans une auto hors d’usage appartenant au Dr. Klopfer. Donc, au total, une collection de 2411 bébés morts!

Selon toute apparence à ce jour, cet avorteur n’a laissé nulle part ni à personne quelque indice permettant de savoir pourquoi il collectionnait ces cadavres de bébés. On ne peut donc que se perdre en spéculations à ce sujet.

 

LICENCE RETIRÉE. Le fait est que le Dr. Klopfer passait pour l’un des médecins avorteurs «les plus zélés» de tout le Middle West (USA). Il avait pratiqué cela durant 43 ans, et commencé peu de mois après la légalisation de l’avortement par la Cour suprême (affaire «Roe c/ Wade»). On suppose que plus de 50 000 avortements sont à mettre à son compte. En conséquence, il était dans la ligne de mire de pro-vie qui, devant ses cabinets, priaient et protestaient pacifiquement. Plus d’une fois, de toute évidence, il omit de faire un signalement aux autorités, lorsqu’il pratiquait des avortements sur des jeunes mineures ayant subi un viol. Le 22 novembre 2016, sa licence médicale lui fut retirée pour une période indéterminée.

 

SORT DES ENFANTS AVORTÉS. C’est par hasard que, juste le jour où le Dr. Klopfer mourut, une loi entra en vigueur dans l’État de l’Indiana (où ce médecin gérait ses trois cabinets), loi exigeant pour les enfants avortés une inhumation ou crémation respectueuse de la dignité humaine. Les partisans de l’avortement avaient combattu cette loi jusqu’à la Cour suprême. Récemment, le 26 septembre dernier, une proposition de loi similaire a été déposée au niveau fédéral également, au Sénat des États-Unis, à la suite du cas Klopfer.

Dans l’Indiana aussi, il n’y avait auparavant aucune réglementation sur la manière dont on devait traiter les restes d’enfants avortés. Normalement, les cliniques les faisaient incinérer avec les déchets organiques – une pratique courante aujourd’hui comme hier dans la plupart des autres États US et par exemple aussi en Suisse.

 

FOLIE DE L’AVORTEMENT. On peut se demander ce qui est le pire: empiler des bébés avortés dans son garage, ou les jeter dans les poubelles des cliniques. Cette effroyable découverte intervenue après la mort du Dr. Klopfer ne manifeste finalement que toute la folie représentée par l’avortement! Ou, comme l’a dit encore Mike Pence dans son Tweet du 16 septembre: «Honte à ceux qui défendent les avorteurs. Nous défendrons toujours les enfants à naître.»

 

Un enterrement dans la dignité

 

SERVICE COMMÉMORATIF. Des organisations pro-vie, particulièrement, poussèrent à ce que les 2411 enfants avortés découverts aient encore la garantie d’un enterrement dans la dignité. Entre-temps, un diocèse catholique romain a proposé ses cimetières pour l’inhumation. Le 2 novembre dernier, un service commémoratif a été célébré.

 

Vidéos recommandées

Un génie presque avorté

Ce court-métrage, une réalisation professionnelle, repose sur des faits réels. Il se situe au 18e siècle. Une femme enceinte est au bord du gouffre. Son enfant est lui aussi menacé d’anéantissement… Mais on n’en arrive pas là. Et, malgré une naissance difficile, la mère peut finalement dire un Oui sincère à son enfant; ou, pour parler avec les mots du film: elle réussit «à prendre les fausses notes» pour «en faire le début d’une nouvelle mélodie». – Langue: allemand, sous-titres anglais – Image agrandie, meilleure résolution: cliquer sur le logo YouTube (lien vers la page YouTube) – Source: crescendomovie.com

L’enfant avorté aurait eu son anniversaire

C’est une pensée qui poursuit beaucoup de femmes après un avortement: «Que serait-ce, si mon enfant vivait encore?» Dans le court-métrage «Aaron», une jeune femme est aux prises avec cette question le jour qui aurait dû être l’anniversaire de son fils avorté: elle s’imagine passant la journée avec lui sur le terrain de jeux. Le moment le plus fort de cette vidéo arrive quand la femme, seule sur un banc, entend chuchoter la voix d’un petit garçon: «Je t’aime, Maman, et je te pardonne.» – Langue: anglais – Image agrandie, meilleure résolution: cliquer sur le logo YouTube (lien vers la page YouTube) – Source: lifesitenews.com

«Maman, je veux raconter ce qu’est vraiment l’avortement»

Le court-métrage «To Be Born» («Naître») parle d’une jeune femme confrontée à une grossesse non planifiée et ayant l’intention d’avorter. En pleine intervention, elle se retrouve dans une situation pénible: elle entend sa fille à naître, qui commence de décrire les détails bouleversants de ce qui est à cet instant en train de se passer pour elle. – ATTENTION: Ce film comporte des séquences susceptibles de ne pas convenir à des mineurs et personnes sensibles. – Langue: anglais – Image agrandie, meilleure résolution: cliquer sur le logo YouTube (lien vers la page YouTube) – Source: tobeborn.com – Commentaire: Court-métrage en partie difficile à supporter, mais témoignant d’un vrai professionnalisme.

«La chair de ta chair»

Clip vidéo rap «Dis Fleisch und Bluet» (La chair de ta chair) – Stego feat. Cesca – Langue: suisse-allemand – Image agrandie, meilleure résolution: cliquer sur le logo YouTube (lien vers la page YouTube) – Source: stego.ch