nothing received yet
Ultraschallbilder
33 raisons d’avoir un bébé
Actualités23.07.2020

Alerte: le nombre d’avortements de nouveau en hausse!

Actuellement, 3% d’avortement en plus – statistique encore incomplète

Carte taux avortements 2019.

Les cantons de Berne et Glaris n’ont pas encore annoncé leurs chiffres pour 2019. Plus la couleur est sombre, plus le nombre d’avortements est élevé chez 1000 femmes en âge de procréer. (© Carte: Office fédéral de la statistique, ThemaKart - Neuchâtel 2009–2020)

On peut sans problème qualifier cela de procédé étrange: voici qu’on publie une statistique annuelle alors que l’un des cantons les plus grands n’a pas encore livré ses chiffres. Pourquoi? Mamma.ch a questionné l’Office fédéral de la statistique (OFS). Les réponses ne convainquent que partiellement. De toute façon, les nombreux avortements demeurent une abomination.

L’an dernier, l’OFS n’a publié qu’en septembre les chiffres des avortements de l’année précédente. Il est d’autant moins compréhensible que les chiffres de 2019 aient de nouveau été publiés en juin déjà, et cela, au surplus, même sans être complets! Concrètement, les données des cantons de Berne et Glaris manquent. Mais Berne est un grand canton, avec donc nombre d’avortements!

 

NE SURTOUT PAS FAIRE DE VAGUES… Le soupçon ne peut être écarté d’un revers de main: l’Office fédéral aura été fort aise qu’en juin, la médecin cantonale de Berne n’ait pas encore fait son «job». Car la Berne fédérale a évidemment depuis toujours un certain intérêt à ne pas faire de vagues en matière d’avortement. Mais tant qu’on ne dispose pas encore des chiffres du grand canton de Berne, on ne peut, pour toute la Suisse, établir de comparaisons statistiques que sur la base de supputations – ce qui, pour nombre de médias, déjà, demande un trop gros investissement.

Mamma.ch a fait le compte: pour 2018, dans toute la Suisse, on a déclaré 10 457 avortements. 1248 dans le canton de Berne, 24 dans celui de Glaris, 9185 dans le reste de la Suisse. Maintenant, pour 2019, on a déclaré, pour ce dernier secteur, 9447 avortements. C’est environ 3% de plus que l’année précédente. Si l’on admet la même progression pour le canton de Berne, on a, pour toute la Suisse, environ 10 750 avortements pour 2019. Donc presque 300 de plus que l’année précédente – soit un supplément de 12 grandes classes scolaires de 25 élèves, qui nous manquent! Cette comparaison rend encore plus tangible le caractère abominable de ces nombreux avortements.

 

 

CORONA, UN ALIBI? Mamma.ch a confronté l’OFS à ce doute: a-t-on voulu, par la publication précipitée des chiffres de 2019 en l’absence de ceux du canton de Berne, éviter d’«inutiles» gros titres dans la presse? La «Directrice de projet Statistiques de la reproduction» à l’OFS, le Dr. Tonia Rihs, minimise cela: la publication de septembre 2019 pour les chiffres de 2018 n’aurait été qu’«exceptionnellement différée». La publication de juin correspondrait de nouveau au calendrier habituel. La décision de publier en juin les données malgré l’absence de Berne et Glaris, serait «due à la situation actuelle et à la surcharge pesant sur les offices des médecins cantonaux».

La pandémie est donc un alibi… Cela est-il convaincant? Corona ci, Corona là – les faits sont là: pour la plupart des médias, une publication des chiffres en plusieurs tranches n’est pas attractive, cela réduit l’écho médiatique dans son ensemble et par conséquent aussi l’audience dans la population. Cela s’est avéré après le communiqué de presse de l’OFS du 25 juin: Les journaux du groupe médiatique Tamedia (Tages-Anzeiger etc.) furent pratiquement les seuls à évoquer les nouveaux chiffres de l’avortement.

 

INFORMATION RÉITÉRÉE DU PUBLIC. La médecin cantonale de Berne, le Dr. Linda Nartey, a fait parvenir à mamma.ch ce message: «Le canton de Berne livrera ses données fin juillet à l’ OFS.» Dans le canton de Glaris, la situation est un peu plus confuse. Glaris a une convention de service avec les Grisons, concernant le service médical cantonal. Fin janvier 2020, le jusqu’alors médecin cantonal des Grisons, le Dr. Martin Mani, est parti en retraite. Les chiffres de l’avortement pour 2019 semblent peut-être avoir été «passés un peu à la trappe» lors de la passation de fonctions avec celle qui lui a succédé…

Le Dr. Tonia Rihs, de l’OFS, a pour sa part encore formulé à l’adresse de mamma.ch cette intéressante et importante assurance: «Sitôt que nous recevrons les données manquantes pour 2019, elles seront livrées sur-le-champ, et le public sera informé en conséquence.» On peut donc au moins supposer qu’il y aura encore une fois, de la part de l’OFS, un communiqué de presse, sitôt que les chiffres de Berne (et Glaris) seront disponibles. Sinon, mamma.ch le rappellera à l’Office fédéral!

 

Vidéos recommandées

Un génie presque avorté

Ce court-métrage, une réalisation professionnelle, repose sur des faits réels. Il se situe au 18e siècle. Une femme enceinte est au bord du gouffre. Son enfant est lui aussi menacé d’anéantissement… Mais on n’en arrive pas là. Et, malgré une naissance difficile, la mère peut finalement dire un Oui sincère à son enfant; ou, pour parler avec les mots du film: elle réussit «à prendre les fausses notes» pour «en faire le début d’une nouvelle mélodie». – Langue: allemand, sous-titres anglais – Image agrandie, meilleure résolution: cliquer sur le logo YouTube (lien vers la page YouTube) – Source: crescendomovie.com

L’enfant avorté aurait eu son anniversaire

C’est une pensée qui poursuit beaucoup de femmes après un avortement: «Que serait-ce, si mon enfant vivait encore?» Dans le court-métrage «Aaron», une jeune femme est aux prises avec cette question le jour qui aurait dû être l’anniversaire de son fils avorté: elle s’imagine passant la journée avec lui sur le terrain de jeux. Le moment le plus fort de cette vidéo arrive quand la femme, seule sur un banc, entend chuchoter la voix d’un petit garçon: «Je t’aime, Maman, et je te pardonne.» – Langue: anglais – Image agrandie, meilleure résolution: cliquer sur le logo YouTube (lien vers la page YouTube) – Source: lifesitenews.com

«Maman, je veux raconter ce qu’est vraiment l’avortement»

Le court-métrage «To Be Born» («Naître») parle d’une jeune femme confrontée à une grossesse non planifiée et ayant l’intention d’avorter. En pleine intervention, elle se retrouve dans une situation pénible: elle entend sa fille à naître, qui commence de décrire les détails bouleversants de ce qui est à cet instant en train de se passer pour elle. – ATTENTION: Ce film comporte des séquences susceptibles de ne pas convenir à des mineurs et personnes sensibles. – Langue: anglais – Image agrandie, meilleure résolution: cliquer sur le logo YouTube (lien vers la page YouTube) – Source: tobeborn.com – Commentaire: Court-métrage en partie difficile à supporter, mais témoignant d’un vrai professionnalisme.

«La chair de ta chair»

Clip vidéo rap «Dis Fleisch und Bluet» (La chair de ta chair) – Stego feat. Cesca – Langue: suisse-allemand – Image agrandie, meilleure résolution: cliquer sur le logo YouTube (lien vers la page YouTube) – Source: stego.ch